rien de nouveau (et pourtant)

Friday, November 18th, 2011, 0:47

fausse alerte. j’avais bien promis, dans mon post précédent, un nouveau petit broché pour expozine, mais finalement j’ai préféré passer mon tour, pour diverses raisons (dont le fait que, tiens donc, je ne suis pas multimilliardaire). ledit petit livre reste prêt à être imprimé en temps et lieu. on s’en reparlera.

en attendant, expozine approche, c’est un fait, plus précisément les 26 et 27 novembre prochains, et bien sûr qu’on y sera, et avec pas mal de jolis trucs tous frais à vous présenter. d’abord, évidemment, le journal 48, produit de l’événement éponyme ayant eu lieu au début du mois, un très beau spécimen en son genre, bien bigarré, que vous pourrez vous procurer pour la modique somme de gratuit.

outre ça, il est un petit éditeur du nom de colosse qui vous présentera bien des nouveautés, des choses assez surprenantes en l’occurrence, dont certaines furent lancés lors des susdites 48 heures. si j’en parle avec insistance, c’est que j’ai participé d’une manière ou d’une autre (et toujours dans l’agréable compagnie de vincent giard, qui d’autre) à la production de tous ces livres, mais tout particulièrement deux d’entre eux: alphagraph #1 de marie saur et nylso; et un moment privé d’alice lorenzi. dire que je suis comblé de travailler avec des auteurs aussi hallucinants de talent, et pour des livres aussi solides, relève de l’euphémisme.

mais ça, ce ne sont que deux titres parmi la généreuse fournée que nous vous proposerons en cette fin de mois (i.e. gardez vos sous, vous en aurez besoin). je vous invite a consulter le site de colosse pour les découvrir tous. mais sachez qu’il y a du sophie bédard, de l’obom, du françois samson-dunlop, de l’alexandre fontaine-rousseau et du sophie yanow là-dedans. et une réédition du spécial giallo de jimmy. et une réimpression des pièces détachées #1. bon, j’arrête, on va croire que j’exagère. à bientôt à expozine?

(amis français, belges, suisses, on ne vous oublie pas: colosse sera à angoulême en janvier avec tous ses beaux livres, enfin, ceux qu’il parviendra à hisser dans ses valises par-delà les océans. patience!)

laissez un commentaire

dites ce qui vous passe par la tête.
(les messages injurieux seront éliminés sans façon et avec le sourire.)