c’est pas fini cette histoire-là…

Thursday, October 29th, 2009, 3:12

eh bin oui, vous avez deviné (même si vous êtes nombreux à être resté silencieux à ce sujet), c’est bien de la muse récursive qu’il était question au dernier post. en effet, je m’y suis remis, à cette histoire que j’avais délaissée depuis au moins, argh, trois ans. j’étais en plein milieu d’un chapitre, ça n’avançait plus, ça me semblait insurmontable et vain et je suis passé à d’autres projets. en plus, j’attendais après fichtre pour qu’ils sortent le tome 2, qui moisit toujours dans leurs tiroirs. sincèrement je n’attends plus trop (mais ça va, je ne leur en veux pas, c’est une toute petite boîte pleine de bonne volonté mais qui manque quelque peu de ressources, financières s’entend).

j’aurais pu, donc, en rester là. mais j’ai décidé de finir ce livre-là parce que je pense qu’il le mérite. et au demeurant en profiter pour inaugurer le grand atelier que je loue avec huit merveilleux collègues dessinateurs, investir cette bourdonnière et finalement accoucher de quelque chose, viarge (pour reprendre l’expression consacrée (c’est le cas de le dire)).

(je sens que ce post va encore être une interminable loghorrée comme moi seul en ai le secret.)

enfin, toujours est-il donc que j’attaquai la planche 224, puis la 225, puis la 226, et ainsi de suite jusqu’au joli chiffre de 242, qui constitue aujourd’hui le compte officiel mais toujours incomplet de la muse récursive, la totale, celle qui se tiendra en un seul, unique, indivisible livre. plutôt que trois, donc. c’est le projet. après avoir fait attendre aussi longtemps mes lecteurs, je ne vois franchement plus l’intérêt de déverser la suite au compte-gouttes. alors non, dans l’état actuel, il n’y aura pas de tome 2 ni de tome 3 de la muse récursive, il y aura juste la muse récursive, point. autant vous le dire tout de suite.

et ici, grave question. les acheteurs du tome 1 se sentiront-ils lésés par cette décision aussi tranchée qu’unilatérale, aux visées hostiles quant à l’harmonie de leurs bibliothèques? toute ironie mise à part, j’aimerais bien le savoir: car à la rigueur je veux bien préparer, à côté, une petite édition limitée de ces deux tomes sous la forme qu’ils auraient prise s’ils avaient réellement existé. des fac similés fantômes, si le concept ne vous semble pas trop éhonté (c’est-à-dire indûment dépourvu de vergogne). je comprends — et partage — les manies qu’occasionnent la bibliophilie appliquée. cela dit, pour le commun du mortel, le tout-venant et le reste, ce sera l’édition régulière, qui sera unique ou ne sera pas. gr, non mais.

«mais,» demande mon interlocuteur imaginaire, «quel chanceux d’éditeur connaîtra donc l’insigne félicité d’éditer cette superbre brique qui promet de remettre instantanément sur les rails toute une industrie littéraire en pleine moribonderie?» ce à quoi je réponds holà, une chose à la fois, faut déjà que je la finisse, la brique, encore une petite soixantaine de pages et on y est mais tout de même.

et là, sur les entrefaites, arrive expozine.

d’habitude, expozine, c’est à la fin novembre, et on en profite généralement pour sortir un petit quelque chose à l’attention du distingué chaland qui vient s’y perdre le temps d’une fin de semaine. c’est à cette occasion, on s’en rappelle, que furent publiés jardin botanique, le ronron de krazy kat, qu’est-ce qui fait la beauté du monde? et la suite de minerve, tous dans la formidable collection colosse. sauf que là, cette année, expozine s’y prend un peu plus tôt que d’habitude et par le fait même nous prend de facto de court. je songeais sortir la suite de locus amoenus, le projet que vincent et moi vous concoctons avec joie et délectation, ça devra attendre.

c’est donc le moment rêvé (enfin, n’exagérons rien) que j’attendais pour sortir ma botte secrète, qui est…

eh oui, si tout va bien (parce que c’est quand même très dernière minute), il s’agira de la réédition de l’histoire absolument impubliable, originellement parue en 1993 et postée en 2006 sur ce blogue même (vous pouvez donc illico la lire en entier: allez y, pourquoi se gêner!). alors sous quel prétexte vous pourriez bien vouloir dépenser votre argent pour posséder ce livre?

deux mots: couleur. (en effet, dans le monde de l’édition, couleur est un mot qui en vaut deux.)

plus précisément: cette édition sera tellement fidèle à l’original qu’elle le trahira par zèle. vous aurez l’impression de toucher à la source de l’œuvre. et ça ne sera qu’un affreux leurre. allez, une autre pour la démonstration.

sincèrement, je pense que ce livre en vaudra la peine, même si son concept est, je le concède, d’une vanité terrible. l’histoire absolument impubliable est un livre idiot et cette nouvelle incarnation fera ressortir très clairement cette féconde idiotie. appelons ça une démasterisation. en tout cas il est tard et je vous laisse là-dessus.

9 commentaires pour “c’est pas fini cette histoire-là…”

  1. vincent Says:

    Je peux vous confirmer qu’il s’agit ici d’un chef-d’œuvre.

  2. a_dontigny Says:

    Je suis très heureux pour le monde de l’impublication, mais en tant que rare témoin encore vivant des événements de 1993, l’addition de nouvelle vibrations spectrales (quoique bellement applliquées) me donne le même sentiment que lorsque Ted Turner a voulu colorer Citizen Kane (i.e. pourquoi retoucher UN CHEF D’OEUVRE?!?!?1!?1!11!!!).

    ;)

  3. david t Says:

    ah mais je compte bien provoquer quelque controverse à ce sujet… (quoique je dois ajouter que la comparaison serait plus apte s’il s’était agi d’orson welles colorisant sa propre œuvre.)

    je tiens donc à préciser que les couleurs furent appliqués dans le plus pur irrespect de l’œuvre originale et que leur addition répond au plus stricts critères d’impertinence. bref, il s’agit d’un fac non simile.

    et pour ceux qui croient que cette réédition a quoi que ce soit de sérieux, attendez de voir la couverture…

  4. zviane Says:

    La couve est malade!!

    Pis si tu veux mon avis sur la muse, pas la peine de faire un recueil des tomes 2-3 seuls… On veut tout! On veut tout!! (le tome 1 deviendra collector)

  5. Maël Rannou Says:

    Pour ma part j’ai le T1 en édition normale et en édition de luxe alors bon une nouvelle édition avec la suite… jamais deux sans trois comme on dit…

    Faudra garder un “histoire absolument impubliable” de côté, tu viendras à Angoulême ou non ?

  6. david t Says:

    oui, la collection colosse sera à angoulême avec plein d’auteurs dont moi-même.

  7. Josiane Says:

    Bravo pour ce qui s’annonce un bel objet, et baveux en prime!
    Avis à tous les amateurs: je travaille très fort pour convaincre l’auteur de publier d’autres “péchés de jeunesse”… David a des trucs merveilleusement salubres à se mettre sous la dent.

  8. SPB Says:

    Je pleure de joie!

  9. la maman Says:

    oui, je confirme. plein d’autres péchés de jeunesse encore…
    plein de boîtes en passant, avec plein d’autres trouvailles aussi. il ne reste qu’à faire des recherches archéologiques ici, à la maison…

laissez un commentaire

dites ce qui vous passe par la tête.
(les messages injurieux seront éliminés sans façon et avec le sourire.)