un tour de magie au lotus bleu

Saturday, June 20th, 2009, 13:58

il y a quelques années, de passage à paris, j’étais allé avec un ami (pierre, qui se reconnaîtra s’il passe dans le coin) à beaubourg, voir la fameuse exposition hergé où était exposée, entre autres choses, l’intégrale des originaux du lotus bleu première version. c’est lors de cette visite que m’est apparu pour la première fois une faille assez fascinante dans cette Å“uvre, sur laquelle je n’avais pas eu l’occasion d’écrire depuis. et bien entendu ça fait un nouvel article pour du9 dont voici un extrait:

J’imagine ici un jeune auteur planchant sur son feuilleton, au moment où il rédige les mots du dialogue cité au début de ce texte. Comme son héros, il cherche une manière de résoudre un problème bien réel: comment faire entrer Tintin au Lotus bleu sans qu’il se fasse voir? Il pense bien sûr au déguisement, puis se ravise avec une pointe de contrariété: cette solution du déguisement, il le sait, il l’a sur-utilisée. Il ne peut pas toujours fourbir les mêmes armes. Mais par quelle astuce, alors, Tintin s’introduira-t-il au Lotus bleu? Hergé pense à d’autres solutions, qui lui semblent toutes également prévisibles: bien sûr que Tintin pourrait encore cogner sur quelque garde, trouver une porte dérobée, créer une diversion quelconque, mais tout ça est si éculé! On n’y croit pas une seconde.
lire l’article »

et maintenant que j’y repense, cet article est un peu aussi un hommage au style des lectures de raymond, toujours si inspirantes.

à bientôt pour d’autres petites nouvelles, notamment la suite de locus amÅ“nus!

2 commentaires pour “un tour de magie au lotus bleu”

  1. Pierre Says:

    Hé hé bien vu !

    Je me souviens effectivement que tu avais eu la dent bien dure pour le jeune Hergé et sa pratique balbutiante du neuvième art. Il y a bien longtemps que je n’ai mis le nez dans Tintin mais il me semble qu’après le Lotus Bleu, Hergé a fait montre de plus de rigueur dans la construction de ses scénario et que l’ingénuité s’est progressivement effacée.

    A bientôt,

    Pierre

  2. david t Says:

    … et maintenant c’est plutôt l’ingénuité perdue que je regrette. :) j’aime beaucoup le lotus bleu, c’est en fait un peu par ce livre que j’ai réappris progressivement à apprécier tintin, que j’ai longtemps trouvé ennuyeux. il faut dire que je préfère de loin les versions originales, qui me semblent plus modernes que les refontes.

laissez un commentaire

dites ce qui vous passe par la tête.
(les messages injurieux seront éliminés sans façon et avec le sourire.)