où est la critique de BD dans les journaux?

Thursday, March 24th, 2005, 15:27

dans la série “lettres envoyées au devoir mais qui ne seront jamais publiées” (il y en a d’autres; je les incluerai sans doute ici éventuellement) voici mon réquisitoire pour plus de critique de BD dans les journaux. je l’ai envoyé au devoir parce que c’est le journal que je lis. le journal de montréal n’a pas de chronique littéraire donc ça ne sert à rien de leur envoyer quoi que ce soit. quant à la presse, ceux qui me connaissent savent dans quelle piètre estime je tiens le néfaste torchon petit-bourgeois.

mais voilà, le propre des lettres ouvertes est qu’elles sont ouvertes et donc, ouvrons grand…

Où est la critique de BD dans les journaux?

Chaque fin de semaine, lorsque j’ouvre le cahier Livres, j’ai ce petit espoir secret et un peu naïf d’y trouver une chronique intitulée “bande dessinée”. Voeu rarement exaucé. Il est vrai qu’une fois de temps en temps, un article pointe son nez: le plus souvent court, superficiel, avare de développement. Et pourtant, tout autour, de longues analyses de fond sur tout ce que les librairies comportent comme essais, romans, recueils de nouvelles ou de poésie, livres jeunesse, livres de recettes, “beaux livres” et j’en passe.

Comment expliquer cet état de choses? La réponse facile, toute faite, mille fois entendue, est que la BD n’est pas un “genre sérieux” et qu’elle n’intéresse qu’un nombre marginal de lecteurs qu’on suppose peinant à passer à l’âge adulte. Le problème avec cette réponse est qu’elle relève du fantasme: d’un, la bande dessinée est un médium (parler de “genre” n’a pas beaucoup de sens); de deux, elle est tout aussi potentiellement “sérieuse” ou “farfelue” qu’un roman ou une pièce de théâtre peut l’être; et de trois, ses amateurs sont nombreux, cultivés et n’aiment pas particulièrement se faire passer pour des débiles.

Quand comprendra-t-on que la bande dessinée est un trésor de littérature internationale et qu’il est plus que sain de s’y intéresser? Elle possède ses classiques, ses grands auteurs dont l’oeuvre traverse les âges: pensons à Herriman, à Franquin, à Tezuka, pour ne nommer que trois de ses génies. Elle possède une histoire riche remontant au moins aussi loin qu’au 17e siècle, une théorie bien étoffée, des écrits critiques à profusion.

Plus important encore, la bande dessinée est un art vivant, pratiqué partout dans le monde. Le Festival d’Angoulême s’est récemment imposé comme la référence internationale, équivalent de Cannes sans les paillettes. Une nouvelle garde s’est établie au cours des dix dernières années, révolution comparable à la Nouvelle Vague ou au Nouveau Roman. Cette révolution artistique, dont on voit les fruits autant en France (Sfar, Blain, David B…) qu’aux États-Unis (Clowes, Ware…) ou au Québec (Doucet, Rabagliati…), est systématiquement ignorée par l’essentiel des quotidiens québécois mais, étrangement, pas par Le Monde ni le New York Times qui y consacrent chacun un espace substantiel. Manque de “sérieux” de leur part, sans doute…

La BD québécoise a fleuri au cours de la dernière décennie et produit de plus en plus de livres remarquables. Il est vrai que l’on en parle plus volontiers dans nos journaux, mais rarement et de manière plutôt anecdotique. Qui plus est, on détache cette production du contexte international, essentiel à une bonne compréhension de l’oeuvre. Comment bien saisir tout le rayonnement, toute la subtile originalité de ce que font des auteurs comme Jimmy Beaulieu ou Chester Brown si on ignore ce qui se fait au même moment ailleurs dans le monde? Ce serait aussi absurde que d’analyser Hubert Aquin ou Réjean Ducharme à la seule lumière de la littérature québécoise!

Peut-on imaginer un grand quotidien sans ses critiques de littérature et de cinéma? Alors, à quand une chronique hebdomadaire (voire quotidienne) sur la bande dessinée dans Le Devoir? Les lecteurs s’interrogent…

laissez un commentaire

dites ce qui vous passe par la tête.
(les messages injurieux seront éliminés sans façon et avec le sourire.)